Comment forger ses propres couteaux ?

Vous est-il déjà arrivé de vous sentir vide quand vous ne disposez pas du couteau dont vous avez besoin ? Et si vous apprenez à en forger vous-même ? Cela peut vous paraître utile à tout moment. Voici en quelques étapes les procédés pour vous forger vos propres couteaux.

Chauffez votre métal

Il s’agit pour vous de créer une forge ou si vous préférez, un fourneau où chauffer le métal. La température peut varier. Elle va de 1200 à 1500 ° C. toutefois, avoir un poêle à charbon équipé d’une soufflerie peut vous aider efficacement.

Forgez la lame

Pour forger la lame de votre couteau, veillez à ce qu’elle soit en pente. C’est pour permettre que le côté limé crée la lame et que le côté inverse du couteau soit incurvé. En procédant à cette opération, pensez à prendre en compte la soie. C’est la portion qui se trouvera sur le manche. Il faut prévoir 5 cm environ sur l’un des côtés conviendrait.

Réalisez une lame

Prenez votre marteau (1 kg suffit) et donnez une succession de coups légers sur le long de la lame. Ces coups vous permettront d’amincir le métal et de faire une pointe plus fuselée. C’est le côté plat qui peut créer des pointes. Vous devez donc bien le marteler. Ce faisant, poussez la lame à se pencher vers l’arrière. Maintenez l’équilibre des deux côtés de la lame. Travaillez-les simultanément.

Cependant, la lame ne doit pas se recourber sur elle-même. Vous risquez d’obtenir de petites fissures susceptibles de fragiliser votre instrument.

Faites réchauffer l’acier

Une fois que vous avez fini l’étape de forge, mettez le métal au feu. Chauffez-le à une température de non-magnétisme. Ensuite, faites-le refroidir dans un feu mourant. Après cela, appliquez la même règle à votre lame. Mais son refroidissement doit se faire à l’air libre. Répétez cet exercice deux fois lorsque la couleur de la lame vire au noir. Après avoir obtenu cette couleur, commencez par donner une forme à la lame en la limant. Cette étape vous aide à corriger les irrégularités sur l’instrument.

Chauffez à nouveau l’acier

Cette étape consiste à mettre l’acier au feu à une température non magnétique. Disposez une cuve d’huile dans laquelle plonger l’acier pour durcir la lame. Si vous trempez le côté coupant, il sera dur et solide. Mais veillez à laisser une certaine souplesse sur le dos du couteau. Cela vous permet d’accroître la résistance et la longévité de votre lame.

Passez à la vérification

Vous devez vérifier si votre trempe a marché. Pour vous en assurer, passez une lime sur le côté coupant. Si vous obtenez un son clair sans que la lime ne s’accroche, vous pouvez en être convaincu. Dans ce cas, il vous faut à nouveau chauffer la lame. Recommencez l’exercice de la trempe. À ce niveau, la lame ne doit pas tomber. Un tel cas peut créer de brisure. Pour que la lame ne soit pas exposée à ce risque, mettez le couteau au four à une température de 200 ° C.

Réalisez le manche

Il faut maintenant un manche ! Percez des trous dans lesquels plaquer du bois. Enroulez-y soit du fil de fer soit de la corde. Faites en sorte à avoir une soie pointue à planter dans un morceau de bois. Vous avez la possibilité de le sculpter après.

Aiguisez votre couteau

Pour finir, prenez une lime subtile pour l’exercer sur votre couteau. Vous pouvez vous servir d’une pierre à aiguiser pour le faire.  

Et voilà, bravo, vous venez de vous inscrire dans l’art de la forge. Respectez strictement ces étapes pour forger vos propres couteaux.